vieux_baladeur

Le vieux baladeur n°6 : Elferion

Une fois n’est pas coutume, nous allons nous intéresser aujourd’hui à un créateur relativement connu dans la sagasphère : CricOfWar. Ayant connu un vif succès à ses débuts grâce à la saga parodique de films d’horreurs Le Camping Infernal, CricOfWar est un créateur très productif qui est revenu dernièrement avec Le Comsos Infernal, une nouvelle saga dont le genre, la science-fiction, et le style semi-sérieux tranchent clairement avec le reste de son œuvre prolifique. Pourtant, il existe une saga créée par ses soins que vous ne trouverez sur aucun de ses sites, une saga qui se trouve être sa toute première activité officielle dans la sagasphère. Aujourd’hui, je vous propose de parler d’Elferion.

Note : Avant de poursuivre, je souhaiterais m’excuser auprès de vous, chers lecteurs, pour avoir repoussé d’une semaine notre rendez-vous d’archéologie sagasphérique. Le fait est qu’ayant été foudroyé par la maladie au point de ne plus pouvoir écrire quoi que ce soit pendant plusieurs jours, je n’ai pu terminer ma chronique à temps. J’espère que vous accepterez mes plus sincères excuses pour ce contretemps.

 Analyse de la saga :
Elferion est une saga d’heroic-fantasy sortie entre 2006 et 2007. L’histoire relate les aventures d’un jeune elfe dénommé Elferion qui va par hasard découvrir une pierre aux étranges pouvoirs, la Pierre de Lune. Cette trouvaille va attirer les foudres du seigneur maléfique Skor, auquel notre jeune héros va devoir se confronter durant la première saison de la saga, avec l’aides de compagnons elfiques rencontrés tout au long de la saga. A l’issue de celle-ci, notre héros réalisera que la découverte de la pierre n’était que le préambule d’une prophétie qu’il s’efforcera d’accomplir lors de la seconde saison. Cette saga intègre de nombreux éléments tirés du Seigneur des Anneaux et de World of Warcraft sans être une parodie dédiée à ces deux univers.

Cette saga reste pour moi un mystère. Son scénario ne brille pas par son originalité, sa mise en scène reste très basique, l’histoire et l’humour empruntent beaucoup à Naheulbeuk, le jeu d’acteur est dynamique mais n’atteint jamais des sommets de sophistication… CricOfWar lui-même n’assume pas vraiment cette création de jeunesse, conscient de ses défauts et voulant mettre en valeur son travail plus récent et plus abouti. Et pourtant je pourrais la réécouter des dizaines de fois sans jamais me lasser. Il y a sans doute une part de mon goût personnel pour les vieilles sagas, ce genre de saga sans prise de tête qui fleure bon le collège, l’écriture entre potes et les premières découvertes en matière de saga mp3. Et si on accepte de l’écouter en tenant compte de ce contexte, on passe un vrai bon moment à l’écoute de cette saga, qu’on peut écouter en mode détente entre deux autres sagas plus recherchées. Il ne faut pas lui demander de donner ce qu’elle n’a jamais prétendu offrir.

Je me rend d’ailleurs compte que ma première description de la saga ne lui rendait pas totalement justice, car elle recèle tout de même de quelques bonnes idées. Si le personnage principal est très nanesque dans l’âme (un des emprunts à Naheulbeuk), ceux qui l’accompagnent présentent déjà plus d’originalité et leurs personnalités incompatibles donnent souvent l’occasion à quelques échanges savoureux. La saison 2 offre également une réelle avancée dans la qualité du son (bon, en plein milieu de la saison, sans prévenir, donc c’est un peu surprenant la première fois mais les faits sont là) et du scénario, qui par rapport à la saison 1 est plus clair sur l’objectif à atteindre, on a donc moins l’impression que les personnages avancent sans raison. Enfin, si l’humour puise régulièrement dans Naheulbeuk, ce n’est certainement pas la pire des inspirations, ce qui rend la saga réellement drôle. Elferion est au final un de ces plaisirs coupables dont on a un peu honte d’expliquer l’attrait, mais vers lequel on revient toujours avec plaisir.

Cote de rareté : Trouvable
Comme dit précédemment, CricOfWar préfère prendre ses distances avec cette première création, elle n’est donc pas disponible sur son site. En revanche, elle a été récupérée grâce à l’aide de passionnés et mise en ligne sur le site des Archives MP3. Elle est donc facilement trouvable, et sa faible diffusion vient principalement de son grand âge.

Vous pourrez retrouver Elferion sur le site des Archives MP3.

One thought on “Le vieux baladeur n°6 : Elferion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *